Archive for the ‘français’ Category

 

Libération Jeudi 18 Avril 2013

Portrait John Burdett
Installé à Bangkok depuis 1996, cet écrivain anglais livre des polars thaïlandais empreints de vice et de bouddhisme.

Il s’acquitte de la promo en chaussettes et à moitié allongé sur le canapé de l’hôtel. Body language de Ia décontraction. Quelque chose nous dit pourtant que John Burdett a dû être un avocat redoutable, dans sa première vie. Ce regard bleu polaire, cette impassibilité, ce petit sourire en coin … JR de Dallas! Gageons que l’intéressé prendrait la comparaison avec philosophie, cette qualité caractéristique de son personnage de prédilection Sonchaï Jitpleecheep. L’excellent Sonchaï Jitpleecheep («repeat after me», dirait un prof d’anglais sadique) est inspecteur de la police royale thaïlandaise à Bangkok. Particularité: il est métis, de père farang («occidental»), un GI qu’il n’a pas connu. Sa mère tient un bar à putes, après l’avoir été (sa femme aussi d’ailleurs, à présent doctorante en sociologie). Ça ne pose pas problème, au contraire, les filles servant régulièrement de sources a Sonchaï. Le défi, pour Sonchaï le fervent bouddhiste, consiste plutôt à préserver son honnêteté dans un milieu professionnel corrompu jusqu’à l’os, jusqu’à son patron père de substitution, le schizophrénique colonel Vikorn. Sexe, dope, trafics en tous genres – d’organes par exemple dans le tout frais Pic du vautour -, le colonel fan des Corleone de Coppola trempe dans toute magouille susceptible de produire du blé et/ou du pouvoir. A Sonchaï de se débrouiller du dilemme, comme des tentations qui peuvent surgir dans une Thaïlande à la fois électrique et lascive. Il peut au moins compter sur son adjoint Lek, un flic transgenre qui a parfois des vapeurs mais sin on tout dévoué à son «maître chéri». Et Burdett d’avancer sur cette ligne de crête, entre Asie et Occident, Bien et Mal, action et méditation, matérialisme et spiritualité, fumette et enquête, féminité et masculinité, etc. Bonus: un humour décalé qui tranche avec les grosses Bertha souvent à l’œuvre dans le genre. Continue Reading…

 

John Burdett: «A Bangkok, quelqu’un m’a conseillé le quartier des prostituées…»

http://bibliobs.nouvelobs.com/polar/20130403.OBS6568/john-burdett.html

Le grand John Burdett est de retour avec «le Pic du vautour». François Forestier lui a proposé une tasse de thé.

Franchement, on ne se lasse pas des aventures de l’inspecteur Sonchaï Jipleecheep, qui a un pied dans la réalité et un pied dans l’au-delà. C’est le cinquième titre de la série commencée avec «Bangkok 8», avec les mêmes ingrédients: trafic de drogue, corruption dans les hautes sphères de la Thaïlande, cadavres pas forcément exquis, et, surtout, un merveilleux mélange d’humour britannique, de violence internationale et de mythologie thaï. Tout en menant son enquête, Sonchaï est toujours dans la main des dieux… C’est l’une des rares réussites de greffe du polar sur une culture (très) étrangère. Absolument délicieux. Continue Reading…

 

Philippe Manche (le Soir)

6/7 April 13, de Page 37
John Burdett, le sage

On aime beaucoup cet écrivain anglais révélé par Bangkok 8 et ses suites. On aime surtout John Burdett pour avoir donné naissance à Sonchaï Jitpleecheep, flic thaï né de l’union d’une prostituée et d’un Américain. «J’ai compris, une fois installe à Bangkok, que beaucoup d’enfants sont nés de père américain et de mère thaïe», explique cet alerte gaillard de 6l ans rencontre le week-end dernier à Lyon, au festival Quai du polar. « Certains ont des pères blacks, ça donne un drôle de mélange. Le plus intéressant, avec un personage comme Sonchaï, c’est qu’il a deux modes de pensée. L’une occidentale et l’autre orientale. Ce que je suis aussi. D’un côté, je ne peux pas me passer d’Internet, c’est tellement pratique pour faire des recherches pour mes Uvres. J’ai aussi une dimension plus spirituelle. Le bouddhisme est la seule religion qui me convienne parce que tu réalises combien, nous les Occidentaux, sommes rongés par l’impatience. Avec le bouddhisme, tu trouves une balance qui t’équilibre. » Continue Reading…

 

le Pic du Vautour

Publié le 5 avril 2013 par Karen Lajon
http://la-vie-en-noir.blog.lejdd.fr/2013/04/05/le-pic-du-vautour/

John Burdett est un Anglais qui écrit des polars qui se situent à Bangkok. Ces romans sont drôles, très peu politically correct et il a toujours un point de vue pour le moins décalé sur un tas de sujets: comme l’économie de la drogue, le matérialisme occidental et la prostitution. En ce qui concerne le dernier sujet, les féministes vont sans doute frémir.

Mais commençons par le commencement. Le Pic Du Vautour introduit à nouveaux les personnages favoris de l’auteur: l’inspecteur Sonchaï,  fils de prostitué thaïe et d’un officier américain qu’il ne connait pas et le colonel Vikorn, son supérieur, un gars sacrément corrompu. Aussi lorsque Vikorn lui propose d’enquêter sur un trafic d’organes qui doit le conduire à Dubaï, dans les Émirats, Sonchaï s’interroge. Pourquoi d’un seul coup, Vikorn veut respecter la légalité et pourquoi lui? Ce à quoi l’autre lui rétorque.  » Tu parles anglais, tu es le fils bâtard d’un soldat américain et tu peux donc presque passer pour un Blanc. Tu es habitué à voyager à l’étranger. Trois qualifications et si tu veux le savoir, il y en une quatrième… la vérité et justice sont tes chevaux de bataille ». Eh oui, çà c’est bien vrai, Sonchaï doit être le seul policier incorruptible de toute la Thaïlande. Ce qui est une gageure. Continue Reading…